Skip to main content
• févr. 2, 2021

Lorsqu’il est question d’objectifs personnels importants, de nombreux Canadiens ont tendance à inclure la stabilité financière et une relation durable à leur liste. Mais il s’avère que l’un des deux pourrait être plus facile à trouver que l’autre.

Love and Money, en chiffres

Selon le nouveau sondage de la TD Love and Money, qui explore les comportements financiers de plus de 3 000 Nord-Américains mariés, en couple ou divorcés, seuls deux Canadiens sondés sur cinq (40 %) pensent avoir trouvé l’âme sœur. Le sondage révèle aussi que la moitié des répondants canadiens (49 %) pensent qu’il est plus facile de trouver le vrai amour que de réussir financièrement. De plus, le sondage met en lumière comment s’en tirent les couples canadiens qui y ont répondu sur le plan financier pendant la pandémie de COVID-19.

Incidence de la pandémie de COVID-19

Un an après son début, la pandémie de COVID-19 continue de perturber presque tous les aspects de nos vies, y compris notre bien-être financier et notre capacité à souligner les étapes importantes de la vie avec nos proches.

Selon le sondage Love and Money, 60 % des couples canadiens sondés déclarent avoir du mal à atteindre leurs objectifs financiers durant la pandémie de COVID-19. En fait, la pandémie a entraîné des changements de comportement chez 51 % des répondants canadiens qui disent avoir changé leurs habitudes de consommation en raison de la COVID-19 :

  • 62 % ont réduit leurs dépenses non essentielles
  • 44 % ont annulé leurs vacances ou un voyage
  • 36 % ont reporté des achats importants
  • 28 % ont annulé des abonnements non essentiels
  • 19 % ont établi une limite pour leurs dépenses personnelles

Cela dit, de nombreux couples canadiens sondés ressentent un optimisme prudent concernant leurs objectifs financiers.

  • Près de neuf répondants canadiens sur dix (88 %) épargnent actuellement en vue d’un but précis.
  • Le sondage révèle également que les répondants qui vivent maritalement trouvent que la COVID-19 a facilité leurs discussions sur l’argent :
    • Près de la moitié des Canadiens sondés (49 %) affirment que la pandémie a mené à des conversations plus ouvertes et constructives au sujet de leurs finances, y compris sur la nécessité de modifier les habitudes de consommation en réduisant les dépenses non essentielles et en reportant les achats importants.

    La communication est la clé

    Le sondage montre que les conversations au sujet de l’argent sont essentielles, en particulier lorsque vous partagez vos finances avec celles d’une autre personne. En fait, ne pas parler d’argent régulièrement avec son partenaire est la principale erreur sur le plan financier relevée parmi les répondants canadiens.

    Par ailleurs :

    • 77 % des couples canadiens sondés affirment discuter régulièrement d’argent avec leur partenaire au cours de la première année de leur relation, et 56 % d’entre eux en parlent très ouvertement au cours des six premiers mois.
    • 85 % des répondants canadiens mariés ou vivant maritalement affirment discuter d’argent tous les mois avec leur partenaire.
    • Les millénariaux semblent être les moins enclins à parler ouvertement d’argent, puisque seuls 53 % des Canadiens ayant répondu au sondage Love and Money faisant partie de ce groupe d’âge se disent prêts à avoir ces discussions au cours des six premiers mois d’une relation, ce qui est le plus faible taux de toutes les générations.

    Comme on pourrait s’y attendre, le sondage révèle aussi que les conversations sur l’amour et l’argent ne se passent pas toutes sans accroc… alors quels sont les sujets de discorde en matière de finances pour les Canadiens?

    • Il n’est pas surprenant de constater que les disputes les plus courantes des répondants divorcés portaient sur l’argent (29 %), comparativement à 20 %, pour les répondants en couple.
    • 10 % des couples canadiens sondés déclarent avoir des disputes au sujet des dépenses communes essentielles, comme les factures et les versements hypothécaires, et 16 % au sujet des dépenses communes non essentielles, comme des sorties au restaurant ou des abonnements.
    • Enfin, le sondage Love and Money révèle que 8 % des répondants canadiens qui sont en couple admettent cacher des choses à leur partenaire sur leur situation financière, comme l’existence d’un compte bancaire ou un solde de carte de crédit assez élevé.

    Qu’est-ce qui vous empêche de dormir?

    Lorsqu’on leur a demandé quelles étaient leurs plus grandes inquiétudes financières, les répondants canadiens nous ont fait part de plusieurs préoccupations, notamment :

    • L’incapacité à prendre sa retraite (16 %)
    • Ne pas avoir les moyens de conserver son style de vie actuel (14 %)
    • Ne pas pouvoir rembourser ses dettes (11 %)
    • La perte d’emploi (9 %)
    • Ne pas pouvoir subvenir aux besoins de sa famille (8 %)

    La TD aide de nombreux Canadiens financièrement pendant cette période d’incertitude grâce à des conseils financiers personnalisés et à des outils en ligne facilitant les opérations bancaires courantes, comme Conseils TD Prêts pour vous et Dépense TD.


    Cliquez ici pour voir un PDF accessible.

    À propos du sondage de la TD Love and Money

    La société de recherche MARU/Matchbox a mené le sondage sur les couples et l’argent auprès d’un échantillon représentatif de consommateurs canadiens. Le travail s’est déroulé en ligne du 2 décembre 2020 au 8 décembre 2020. En tout, 1 748 répondants ont participé au sondage au Canada et 1 709, aux États-Unis. Les données ont été pondérées par âge, sexe et région pour refléter la population. La marge d’erreur de l’échantillon total est de +/- 2,3 %.


    FR Want to learn more about épargne?
    La COVID vous oblige-t-elle à mettre vos projets d’épargne et de retraite sur pause? Ça n’arrive pas qu’à vous
    CELI ou REER? Lequel vous convient?
    Quatre astuces pour célébrer le temps des fêtes en respectant un budget