Skip to main content
Naki Shelley Header 01
• 17 sept. 2021

Au cours de la dernière année et demie, des actes de racisme horribles ont été perpétrés contre plusieurs communautés, ce qui a suscité des conversations plus profondes sur la race et le racisme dans nos collectivités, sur les médias sociaux et au travail. Ces conversations, qui ont eu lieu en grande partie après le meurtre de George Floyd, ont d’abord porté sur le fait que le racisme est ancré dans presque tous les aspects de notre vie. Elles portent maintenant sur ce que les gens et les entreprises peuvent faire pour aider à créer un changement sociétal significatif.

À la TD, nous avons créé des occasions pour que les collègues dans toute la Banque puissent avoir des conversations plus approfondies sur le racisme et l’intolérance. Durant le Mois de l’histoire des Noirs, par exemple, la TD a organisé une série d’événements et d’activités sur les thèmes de la réflexion, de la santé, du patrimoine et de la célébration des Noirs. Le mois a commencé par une conversation informelle entre certains dirigeants de la Banque et plusieurs leaders de la communauté noire. Parmi ceux-ci figuraient la présidente de l’Université Lincoln, Brenda Allen, et d’éminents experts médicaux, notamment la docteure Ala Stanford, fondatrice du Black Doctors COVID-19 Consortium, et la docteure Onye Nnorom, présidente de l’Association des médecins noirs de l’Ontario, dont le travail et l’objectif consistent à remédier aux inégalités qui existent dans le domaine médical.

Nous nous affairons maintenant à mettre en pratique ce que nous avons appris dans le cadre de ces échanges afin de prendre des mesures concrètes pour améliorer l’expérience client et l’expérience collègue, et contribuer à créer un milieu de travail et une communauté de clients plus équitables et inclusifs.

Deux femmes à l’avant-plan des équipes d’impact social de la TD au Canada et aux États-Unis, Naki Osutei et Shelley Sylva, donnent leur point de vue sur la planification stratégique qui se fait à la Banque ainsi que sur le travail essentiel qu’il reste à faire pour réaliser de véritables progrès.

Q : Quelles sont certaines des mesures qui ont découlé du Mois de l’histoire des Noirs en février dernier, mais aussi des discussions plus larges sur le racisme qui ont eu lieu dans toute la Banque dans la dernière année?

SHELLEY : De nombreuses mesures, petites et grandes, ont été prises et d’autres sont également prévues pour aider les collectivités à se rebâtir et à se rétablir de manière plus équitable après la pandémie. Par exemple, aux États-Unis, nous avons créé un fonds de 100 millions de dollars et prévu une aide pour les PME appartenant à des Noirs ou des Latinos. L’objectif du fonds est de fournir des prêts et de l’assistance technique aux PME pour aider ces entreprises à se développer et à s’adapter à long terme.

Au Canada, la TD contribue à hauteur de 10 millions de dollars au Black Opportunity Fund pour aider à accroître le soutien financier offert aux entrepreneurs noirs canadiens et aux organismes à but non lucratif. Ce Fonds soutient les organismes qui travaillent à rehausser l’éducation, les soins de santé, la justice sociale, l’immigration et le soutien technologique pour aider à améliorer la qualité de vie de la communauté noire au Canada.

Notre équipe responsable du segment Expérience de la clientèle noire a récemment lancé un défi d’idéation virtuel auquel ont participé plus d’une centaine d’employés de partout au Canada. Ceux-ci ont recommandé des solutions conçues pour mieux répondre aux besoins financiers et aux aspirations uniques des membres des communautés noires. Des équipes de collègues ont passé trois semaines à mettre au point des solutions concrètes pour répondre à la question suivante : Comment pouvons-nous mieux servir les clients noirs? Nous avons hâte de voir de quelles façons leur travail nous permettra d’améliorer l’expérience client.

Q : Croyez-vous qu’il y a de la pression sur les collègues noirs pour qu’ils assument la responsabilité d’aider à créer des solutions pour lutter contre le racisme?

SHELLEY : Éduquer leurs pairs et leurs collègues sur le racisme, en plus de la lutte contre le racisme comme telle, représentent un lourd fardeau émotionnel pour de nombreuses personnes. Ça peut être épuisant et stressant. Sachant cela, nous offrons un soutien aux collègues pour qu’ils puissent dire : « Je ne vais pas bien. ». Nous pouvons alors communiquer avec eux personnellement, leur offrir du soutien en santé mentale ou leur proposer d’autres ressources et outils pour les aider à gérer leur charge de travail.

Certains collègues ont dit avoir ressenti de la pression pour éduquer les autres après le meurtre de George Floyd. Il était et il est toujours crucial que nous préservions notre propre santé et que nous nous soutenions les uns les autres. C’est important, quelle que soit la communauté à laquelle on appartient, pour lutter contre la discrimination et le racisme.

Q : Quel conseil donneriez-vous aux gens qui veulent favoriser le changement au travail et à toutes les personnes qui voudraient jouer le rôle d’allié contre le racisme au travail?

NAKI : Si nous parlons de lutte contre le racisme envers les Noirs, je crois que chaque personne noire doit pouvoir vivre ce moment de la manière qui lui convient le mieux. Par exemple, ce n’est peut-être pas utile de s’opposer activement aux déclarations faites par votre organisation ou de les contester, mais c’est peut-être une bonne idée d’attirer l’attention sur un problème en posant des questions telles que : « Avez-vous pensé à un autre fournisseur pour ce projet? » ou « Avons-nous considéré un autre point de vue avant de prendre cette décision? »

Les gens qui veulent être des alliés peuvent poser des questions comme celles plus haut. Ils doivent aussi se renseigner sur les préjugés courants qui se manifestent au travail ou dans la société en général, pour éviter de les reproduire dans un autre contexte.

Q : Comment pouvons-nous maintenir notre élan dans la lutte contre le racisme? Quels changements espérez-vous voir d’ici un an?

NAKI : La TD soutient les communautés noires et des initiatives plus larges en matière de diversité et d’équité depuis longtemps, mais il reste encore beaucoup à faire.

Nous devons notamment poursuivre les collaborations en cours qui soutiennent les membres des communautés racialisées. J’envisage des changements significatifs dans plusieurs domaines de la société, y compris l’éducation, les soins de santé et l’inclusion économique, afin d’éliminer certains obstacles et certains défis que les préjugés, même inconscients, ont érigés.

Nos équipes Impact social au Canada et aux États-Unis ont adopté une démarche nord-américaine pour contribuer à résoudre des problèmes qui sont mondiaux, mais qui exigent une réponse locale et ciblée. Par exemple, avec le lancement de l’Initiative de résilience des collectivités TD, nous avons travaillé avec plusieurs organismes à but non lucratif pour faire évoluer les programmes existants et nous avons mis à profit les connaissances d’institutions mondiales comme l’Université Johns Hopkins et les Centres for Disease Control and Prevention pour cibler les secteurs ayant le plus besoin d’aide financière.

À la lumière des renseignements que nous avons recueillis, nous avons décidé de soutenir plus particulièrement des organisations de soins de santé qui, pendant la pandémie, travaillent auprès des communautés noires sur des questions d’équité, notamment la National Association of Community Health Centres, le fonds Ligne de front et le Black Doctors COVID-19 Consortium.

Notre objectif maintenant est de cibler encore plus nos investissements pour aider à éliminer certains facteurs bien enracinés liés aux préjugés et au racisme dans la société. Nous voulons contribuer à changer les systèmes qui influent sur notre vie quotidienne afin de les rendre plus équitables et plus justes pour tous.

Vous voulez en savoir plus sur collectivité?
La Stratégie sur l’expérience de la clientèle noire : Services financiers et soutien pour les Canadiens noirs
Diversifier la pratique du surf dans l’une des plus anciennes communautés noires autochtones du Canada : LaMeia Reddick, lauréate de la campagne TD vous dit merci
Libérer le potentiel des jeunes vulnérables par l’éducation : Paul Evra, lauréat de la Campagne TD vous dit merci

See you in a bit

You are now leaving our website and entering a third-party website over which we have no control.

Continue to site Return to TD Stories

Neither TD Bank US Holding Company, nor its subsidiaries or affiliates, is responsible for the content of the third-party sites hyperlinked from this page, nor do they guarantee or endorse the information, recommendations, products or services offered on third party sites.

Third-party sites may have different Privacy and Security policies than TD Bank US Holding Company. You should review the Privacy and Security policies of any third-party website before you provide personal or confidential information.