Skip to main content
Deux individus brandissant un drapeau de la fierté.
Par Tim Thompson
• 21 juin 2023
Premier vice-président
Président du Comité directeur Toujours fiers
Groupe Banque TD

Les vacances d’été sont à nos portes et, en tant que père de trois enfants, j’attends avec impatience l’arrivée du beau temps, les activités avec mes enfants en dehors de l’école, ainsi qu’une ou deux escapades avant la frénésie de la rentrée scolaire.

En tant que membre de la communauté bispirituelle, lesbienne, gaie, bisexuelle, transgenre et queer (2ELGBTQ+), je réfléchissais récemment aux destinations que j’aimerais visiter avec mes filles, et je réalisais qu’il y avait peu d’endroits où je me sentais à l’aise de voyager cette année, comparativement à l’année dernière.

En réalité, il y a des endroits dans le monde où je ne veux pas aller avec mes enfants, ce qui n’était pas le cas il y a à une peine un an. Et pourquoi irais-je dans un endroit où les membres de ma communauté ne sont pas les bienvenus de toute façon?

Je réalisais qu’un changement peut survenir rapidement, et que ce n’est pas toujours pour le mieux.

À la même période l’année dernière, je rédigeais un article pour Actualités TD sur ce que signifie pour moi le slogan « Toujours fiers. Toujours de l’avant. », qui était alors le thème de la Fierté. J’écrivais que même si, en tant que société et en tant que Banque, nous avions réalisé de grands progrès en matière de diversité et d’inclusion, la lutte pour l’équité était loin d’être terminée et que, pour les membres de la communauté 2ELGBTQ+, il y avait encore beaucoup de défis à relever et de stigmatisations à surmonter.

Je soulignais l’importance de rester vigilants quant au chemin parcouru, car il arrive parfois que les droits que nous pensions avoir gagnés et les problèmes que nous pensions avoir réglés ne le soient pas vraiment.

Je suis assez vieux pour savoir que le progrès suit rarement une ligne droite. Toutefois, je suis triste de voir qu’il y a un recul cette année en ce qui concerne la lutte pour l’inclusion et l’équité visant la communauté 2ELGBTQ+ dans certaines régions du monde.

La vérité est que pour un grand nombre de personnes de notre communauté, à certains endroits, la situation cette année est pire que celle de l’an dernier. Qui plus est, si nous ne sommes pas prudents, les choses continueront d’empirer. Il est important de se rappeler que lorsque les droits et la dignité d’un groupe de personnes sont menacés, ce n’est qu’une question de temps avant que les droits et la dignité d’autres personnes le soient également.


Les droits de la communauté 2ELGBTQ+ pris pour cible

Au Canada, la marche vers l’équité pour les membres de la communauté 2ELGBTQ+ a été longue, mais elle se poursuit encore aujourd’hui. Depuis l’adoption en 2005 de la Loi sur le mariage civil, reconnaissant le mariage entre personnes du même sexe partout au pays, jusqu’au projet de loi C-16 en 2017, qui a ajouté l’identité et l’expression de genre à la Loi canadienne sur les droits de la personne, les progrès réalisés sont significatifs.

À la TD, nous sommes fiers de nos efforts assurant ces progrès. Nous avons été la première banque nord-américaine à offrir, en 1994, des avantages sociaux aux conjoints de même sexe, la première grande banque au Canada à commanditer, en 2005, un festival de la Fierté, la première à offrir, en 2019, des avantages sociaux en matière d’affirmation de genre aux collègues transgenres, et à étendre, en 2022, les avantages de planification familiale pour inclure la couverture des traitements de fertilité et de reproduction, les frais de gestation pour autrui et des donneurs, et les frais d’adoption.

Toutefois, comme j’aime à le dire, il arrive souvent que lorsque la société fait deux pas en avant, un contrecoup inévitable nous fasse reculer d’un pas... ou deux.

Lorsqu’un territoire donné adopte des lois discriminatoires, les membres de la communauté 2ELGBTQ+ en subissent les conséquences partout. De fait, tout le monde est touché, car les droits de la personne et la dignité sont l’affaire de tout tous.

Il y a des endroits où il est interdit de chanter des chansons célébrant l’arc-en-ciel, de hisser un drapeau de la Fierté, de lire des livres de Judy Blume ou même de faire la lecture à des enfants.

Récemment, c’est la communauté transgenre qui est visée. Il s’agit simplement d’une continuation de la tactique historiquement honteuse qui consiste à cibler les communautés les plus marginalisées de la société.

Il y a trop d’exemples dans l’histoire de temps où les personnes les plus vulnérables étaient persécutées. Nous ne pouvons pas tolérer que cela se reproduise.

Heureusement, à bien des égards et dans de nombreux endroits du monde, les communautés 2ELGBTQ+ n’ont jamais eu autant d’alliés ni reçu autant de soutien qu’à l’heure actuelle. Mais le temps n’est pas à la complaisance : les membres des communautés 2ELGBTQ+ ont besoin de notre appui, nous devons être leurs alliés et déployer activement des efforts pour nous assurer que ce recul ne se poursuive pas.

Les effets de la haine sur la santé mentale

Bien entendu, les effets de ces attaques sur les personnes, les familles et notre communauté sont considérables et souvent invisibles. Les chiffres montrent que de nombreuses personnes 2ELGBTQ+ ont de plus en plus de problèmes de santé mentale. Lorsque les gens de la communauté constatent qu’il y a une loi discriminatoire à l’égard des personnes 2ELGBTQ+, cela peut entraîner un sentiment de désespoir. Il y a une augmentation du taux de suicide lorsque ces lois sont adoptées, ou lorsque l’actualité est particulièrement négative à l’endroit des personnes 2ELGBTQ+.

Selon une étude publiée l’an dernier dans le Journal de l’Association médicale canadienne, les jeunes qui s’interrogent sur leur orientation sexuelle « courent deux fois plus de risques de faire une tentative de suicide au cours de leur vie », comparativement aux jeunes cisgenres et hétérosexuels. La même étude révèle que les adolescents transgenres « présentent un risque cinq fois plus élevé d’idées suicidaires » et qu’ils sont près de huit fois plus susceptibles de passer aux actes que les jeunes cisgenres et hétérosexuels.

Les répercussions de l’acceptation des jeunes 2ELGBTQ+ ont fait l’objet de plus de recherches aux États-Unis qu’au Canada. Toutefois les conclusions du Trevor Project – un organisme de prévention du suicide et de santé mentale pour les jeunes 2ELGBTQ+ – sont significatives. Les jeunes vivant dans des communautés qui acceptent les personnes 2ELGBTQ+ présentent un taux de tentatives de suicide nettement inférieur aux jeunes qui ne vivent pas dans ces communautés, ce qui explique pourquoi les choses doivent changer dès maintenant.


Aux côtés de la communauté 2ELGBTQ+

J’ai commencé à travailler à la TD en 1990, mais ce n’est qu’en 2007 que j’ai affirmé mon orientation sexuelle. Je suis resté dans le placard pendant 17 ans. Même en travaillant au sein d’une entreprise qui, dès 1994, a mis en place des avantages pour les couples de même sexe, je ne pensais pas qu’il était avantageux pour moi de sortir du placard. Honnêtement, j’avais peur. J’y voyais moins une occasion qu’un danger. Il a fallu du temps et le soutien de mon supérieur pour créer un espace où je me sentais en sécurité et qui me permettrait d’être totalement moi-même au travail.

Depuis, une grande partie de mon temps à la TD a été consacré au groupe-ressource pour les employés Toujours fiers – les groupes-ressources sont des groupes dirigés par des collègues et généralement créés autour d’une identité commune – pour aider à réaliser et à maintenir des progrès significatifs en matière d’équité au sein de la Banque.

Au-delà du travail qui est accompli à la Banque, tout au long de l’année, la TD réitère son engagement à assurer les progrès continus de la communauté 2ELGBTQ+ partout où nous menons nos activités. Dans le cadre de La promesse TD Prêts à agir, la Banque soutient des organismes qui contribuent à la réalisation de changements positifs et qui favorisent le logement abordable, la santé, le bien-être social et la sécurité financière. Ces efforts appuyés par la TD changent des vies et ont notamment une incidence positive sur la communauté 2ELGBTQ+.

Regard sur l’avenir

Alors que nous entamons le mois de la Fierté, je réalise qu’il ne suffit plus d’être vigilant face au sentiment anti-2ELGBTQ+. Nous connaissons tous l’expression « les gestes sont plus forts que la parole » et, faites-moi confiance, cela s’applique à ma communauté.

Je sais que le soutien de la TD à l’égard de la communauté 2ELGBTQ+ ne faiblira jamais et je suis toujours fier de travailler au sein d’une entreprise comme la TD. Mais il y a aussi beaucoup de gens et d’entreprises qui ne voient pas les choses comme nous, qui voudraient que les droits des personnes 2ELGBTQ+ reculent et soient restreints.

Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas continuer à nous battre en faveur de l’équité et de l’inclusion. Cela ne veut pas dire que tout est perdu. Cela signifie simplement que nous devons travailler encore plus fort pour défendre notre conviction commune : que peu importe qui vous êtes ou qui vous aimez, il y a une place pour vous.

Alors, face à tout ce qui se passe, je vous demande, à vous qui lisez : qu’allez-vous faire?

Deviendrez-vous un allié actif? Défendrez-vous l’équité? Vous impliquerez-vous en vous informant ou en faisant des dons aux organismes communautaires locaux 2ELGBTQ+? Allez-vous montrer votre désaccord face à des propos homophobes? Allez-vous protester contre une loi qui vise votre voisin ou un être cher? Quelle posture allez-vous prendre? Comment agirez-vous comme leader?

Je ne peux répondre à ces questions à votre place.

Tout ce que je sais, c’est que nous ne pouvons pas abandonner.

Nous devons continuer à compter sur l’appui des autres.

Et nous ne devons pas perdre espoir.

Vous voulez en savoir plus sur Croissance inclusive?
Martine Roy : La Fierté, c’est beaucoup plus qu’un défilé!
Alicia Rose : Comment mon expérience de bénévolat au sein de conseils d’administration a changé ma vie
Geoff Bertram : L’allié véritable se définit par des gestes concrets

See you in a bit

You are now leaving our website and entering a third-party website over which we have no control.

Continue to site Return to TD Stories

Neither TD Bank US Holding Company, nor its subsidiaries or affiliates, is responsible for the content of the third-party sites hyperlinked from this page, nor do they guarantee or endorse the information, recommendations, products or services offered on third party sites.

Third-party sites may have different Privacy and Security policies than TD Bank US Holding Company. You should review the Privacy and Security policies of any third-party website before you provide personal or confidential information.