Skip to main content
Header Fraud Survey
• 9 mars 2021

Pour une grande partie des 12 derniers mois, des millions de Canadiens se sont isolés à la maison, empêchés de voir leurs amis et leur famille en raison de la pandémie de COVID-19. Pour beaucoup d’entre eux, cela signifie plus de temps en ligne pour magasiner, partager des publications sur les réseaux sociaux, travailler ou chercher du travail.

Malheureusement, l’isolement social, combiné à l’augmentation des activités en ligne, a accru vraisemblablement le sentiment de vulnérabilité des Canadiens à l’égard de la fraude financière.

D’après un sondage de la TD dans le cadre du Mois de la prévention de la fraude, plus de la moitié des répondants canadiens (56 %) indiquent se sentir vulnérables à la fraude financière. Il s’agit d’une hausse considérable par rapport à 2020, où seulement 13 % des répondants canadiens avaient signalé ce sentiment de vulnérabilité à l’égard de la fraude financière.

Une grande majorité des répondants au sondage (84 %) croient que l’isolement social contribue à cette vulnérabilité, et plus des trois quarts (78 %) affirment avoir été la cible de fraudeurs dans la dernière année.

« La perception qu’ont les Canadiens de la raison et de la façon dont ils pourraient être vulnérables aux yeux des fraudeurs témoigne des changements qu’a apportés la pandémie dans notre vie personnelle et professionnelle », explique Tammy McKinnon, chef, Crimes financiers et Gestion des fraudes à la TD.

« Certes, l’isolement et la solitude peuvent jouer un rôle, ce qui n’empêche pas un nombre grandissant de Canadiens de prendre conscience qu’ils passent plus de temps en ligne : ils doivent donc faire attention aux renseignements qu’ils transmettent à autrui et prendre des mesures pour se protéger. »


Les fraudeurs tirent profit de la COVID-19

Depuis des mois, le Centre antifraude du Canada avertit la population canadienne que les fraudeurs exploitent la crise de la COVID-19 pour faciliter les arnaques et la cybercriminalité. Des fraudeurs ont prétendu pouvoir aider des personnes ciblées à repayer la Prestation canadienne d’urgence, ont fait croire qu’ils collectaient de l’argent pour des organismes de bienfaisance et ont même usé de supercherie pour vendre de faux vaccins contre la COVID-19.

Le Centre antifraude du Canada signale qu’au cours des 30 premiers jours de 2021, les pertes financières des Canadiens liées aux fraudes se sont élevées à plus de 10 millions de dollars – une augmentation de 42 % par rapport à la même période l’an dernier – avec plus de 3 300 personnes qui ont rapporté avoir été victimes de fraude.

Les résultats du sondage de la TD montrent que les femmes ont plus tendance à voir la solitude et l’isolement social comme des facteurs de vulnérabilité (90 %), alors que 78 % des hommes abondent dans le même sens.

En ce qui a trait à l’isolement entraînant la vulnérabilité, les membres de la génération X sont plus susceptibles (89 %) de désigner la solitude comme un facteur important de vulnérabilité, comparativement à la génération Z (74 %) et aux millénariaux (79 %).*

Se pourrait-il que les Canadiens fassent trop facilement confiance aux autres? Près de neuf Canadiens sur dix (89 %) sont d’accord avec cette hypothèse, alors que 81 % indiquent que les Canadiens sont tout simplement trop occupés pour reconnaître les signes d’une escroquerie.


Comment la population canadienne se protège-t-elle de la fraude?

Le sondage révèle qu’une majorité de Canadiens (78 %) signalent avoir été ciblés par au moins une forme de tentative de fraude au cours de l’année qui vient de s’écouler, en tenant compte des tentatives ayant été repérées et évitées.

Au cours de la dernière année, les Canadiens ont été plus susceptibles d’être joints par les fraudeurs par téléphone (53 %); 36 % des répondants ont évoqué tout particulièrement la fraude liée à l’Agence du revenu du Canada (ARC). Cette arnaque implique généralement un fraudeur qui se fait passer pour un employé de l’ARC et qui signale à une victime potentielle qu’elle doit rembourser immédiatement des impôts qu’elle n’aurait pas payés, sans quoi elle serait arrêtée.

Les arnaques par hameçonnage ou par courriel ont ciblé 47 % des répondants, alors que des messages textes frauduleux ont été reçus par 40 % des répondants.

Cela dit, les Canadiens prennent des mesures pour se prémunir contre la fraude :

• 79 % des répondants ne transmettraient pas de renseignements personnels à une personne qui prétend les appeler d’une entreprise de carte de crédit, de leur banque ou de l’ARC;

• 74 % ne cliqueraient jamais sur un lien dans un courriel qui ne comporte aucun élément qui leur est familier;

• 72 % n’enverraient jamais d’argent à une personne qu’ils rencontrent en ligne;

• 60 % déchiquettent leurs documents avant de les jeter;

• 57 % portent attention aux nouvelles véhiculées par les médias et par leur banque pour rester bien informés.

« Nous devons à tout prix rester vigilants pour nous protéger contre les fraudes potentielles. C’est encourageant de constater que la majorité des Canadiens ont plus d’une tactique pour les aider à rester en sécurité », déclare Tammy McKinnon.

« Que la personne évite de cliquer sur un hyperlien d’un expéditeur inconnu ou qu’elle déchiquette ses documents avant de les recycler, chaque action aide. »

Comment se protéger de la fraude?

Voici des trucs et astuces de la TD à l’intention des Canadiens qui veulent savoir comment mieux se protéger, et mieux protéger leurs proches, contre la fraude :

En matière de finances, soyez prudent et vérifiez l’authenticité de la demande – Si vous recevez un appel d’une personne qui prétend être du gouvernement, d’un organisme gouvernemental ou d’une institution financière et qui vous demande des renseignements confidentiels, il pourrait s’agir d’une tentative de fraude. Prenez le temps de faire vos recherches et de valider la véracité de cet appel initial : appelez au numéro figurant au dos de votre carte de débit ou consultez le site Web de l’organisme gouvernemental pour trouver une véritable personne-ressource.

Discutez de fraude avec votre famille et vos amis – Protégez les gens qui vous sont chers en leur parlant des escroqueries les plus courantes, par exemple, celles où l’on simule une situation d’urgence pour convaincre des grands-parents d’envoyer des fonds à leur « petit-enfant » en détresse dans un autre pays.

Prêtez attention aux alertes de fraude qu’on vous envoie – En vous abonnant à des services gratuits comme Alertes de fraude TD, vous recevrez des messages textes qui vous alerteront si une activité suspecte est décelée dans vos comptes bancaires personnels.

Protégez votre NIP et vos mots de passe – Personne d’autre que vous ne devrait connaître vos mots de passe et votre NIP, pas même les membres de votre famille. Votre banque ne vous demanderait jamais ces renseignements. Ne donnez jamais vos renseignements personnels confidentiels à quiconque, que ce soit en personne, au téléphone ou en ligne.

Consultez régulièrement vos relevés, vos comptes en ligne et vos applications bancaires – Vous pourrez ainsi détecter d’éventuelles opérations frauduleuses plus rapidement. Les applications de gestion des dépenses peuvent se révéler utiles. C’est notamment le cas de l’appli Dépense TD, qui envoie des avis d’opération d’achat en temps réel, une fonction qui vous permet de reconnaître rapidement une opération frauduleuse.

À propos du sondage TD sur la fraude

*Le Groupe Banque TD a demandé à Ipsos de réaliser un sondage national en ligne auprès de 1 001 Canadiens âgés de 18 ans ou plus. Les réponses ont été recueillies entre le 19 et le 22 février 2021. Les répondants de la génération Z ont entre 18 et 23 ans; les millénariaux ont entre 24 et 39 ans; et les répondants de la génération X ont entre 40 et 55 ans.

Vous voulez en savoir plus sur Votre argent?
Ce qu’il faut savoir pour acheter une propriété maintenant selon Todd Talbot de l’émission Love It or List It Vancouver
À quoi vous attendre en matière d’impôt si vous avez retiré des fonds de votre REER
Incidence possible des prestations liées à la COVID-19 sur vos impôts