Skip to main content
Portrait d'une fleur de pavot
• 9 avr. 2024

Vous lisez les manchettes où l’on se plaint de l’offre insuffisante de logements au Canada en vous demandant ce qui se passe? D’autres se le demandent aussi.

Se loger est un besoin de base, mais ce n’est pas facile pour tout le monde d’accéder à un logement au Canada en ce moment. Que s’est-il passé? Pourquoi est-ce devenu aussi inabordable et difficile pour tant de gens de se trouver un toit, alors que notre population continue de croître?

Afin de faire la lumière sur la situation actuelle du marché du logement, l’équipe d’Actualités TD s’est entretenue avec Rishi Sondhi, économiste à la TD. Il nous a parlé de la situation actuelle de l’offre de logements au Canada et de ce qui nous attend dans les deux prochaines années.

À quoi ressemble l’offre de logements au Canada en ce moment?

L’an dernier, le nombre de propriétés nouvellement inscrites (une mesure clé de l’offre sur le marché de la revente) a diminué de 7 %, mais ce chiffre reflétait surtout de faibles niveaux d’inscription au premier semestre et ces derniers ont augmenté au second semestre. Au cours des deux premiers mois de 2024, les inscriptions étaient quasiment identiques à celles du second semestre de 2023. Même si elles ont augmenté par rapport au début de l’année dernière, il serait exagéré de les qualifier d’élevées.

Les inscriptions se situent plutôt à des niveaux que l’on pourrait considérer comme normaux (c.-à-d. qu’elles correspondent aux moyennes historiques). À l’échelle régionale, cette situation se produit dans les plus grandes provinces, bien que les inscriptions soient considérablement inférieures aux normes à long terme dans les provinces faiblement peuplées et où l’offre est plus volatile, comme en Saskatchewan et en Nouvelle-Écosse.

En ce qui concerne le marché des nouvelles constructions, le niveau des mises en chantier n’est pas nécessairement faible, mais il a du mal à suivre la croissance de la population.

Quand on regarde l’évolution du marché du logement parallèlement à la croissance de la population au fil du temps, on voit que les choses allaient plutôt bien jusqu’en 2016, date à laquelle les cibles d’immigration fédérales ont été augmentées. À cette époque, la croissance de la population a commencé à dépasser le rythme de construction de nouvelles habitations dans bon nombre de régions du pays. Depuis, l’écart s’est creusé à mesure de l’augmentation de la population.

Compte tenu de l’essor de la population, il est très difficile de construire le nombre suffisant de logements pour répondre à la demande.

À quelle vitesse les nouveaux logements sont-ils construits au Canada?

Malgré les coûts d’emprunt élevés et les pénuries de main-d’œuvre persistantes dans le secteur de la construction, les constructeurs ont été en mesure de maintenir un rythme de mises en chantier (terme économique désignant le nombre de nouveaux logements mis en chantier au cours d’une période donnée) d’environ 20 % au-dessus des niveaux d’avant la pandémie.

Ces niveaux élevés signifient que les constructeurs atteignent leur capacité maximale en matière de projets de construction depuis au moins le début des années 1970, avec 182 000 unités construites dans les régions métropolitaines de recensement (régions désignées composées de plusieurs municipalités reliées entre elles) au Canada en 2023. Le nombre de constructions terminées est demeuré élevé tout au long des premiers mois de 2024.

Nous avons également constaté une résurgence de la construction de logements locatifs (c.-à-d. des appartements) soutenue par la montée en flèche des prix des loyers et par des programmes gouvernementaux, tels que la décision du gouvernement fédéral de supprimer la TPS sur les constructions de logements locatifs. Les mises en chantier de logements destinés à la location sont à leur niveau de loin le plus élevé depuis au moins 1990.

L’augmentation des chantiers de construction semble être une bonne nouvelle. Y a-t-il un « mais »?

Dans une certaine mesure. Le nombre d’unités en construction a atteint un sommet record, mais cela se reflète en partie par le fait qu’il faut beaucoup de temps pour mettre de nouveaux logements sur le marché, de sorte que de nombreux chantiers simultanés sont en cours, ce qui fait augmenter ces chiffres. En date de février 2024, il fallait 22 mois pour terminer un projet de construction au Canada.

Cette situation est en partie attribuable au passage à la construction d’appartements et de copropriétés, qui prend plus de temps que les maisons unifamiliales. Toutefois, les délais de construction se sont allongés pour tous les types de propriétés.

Même si les niveaux de construction sont relativement élevés, la principale préoccupation est que nous aurons du mal à suivre le rythme de l’augmentation de la demande en raison de la croissance de notre population. La population du Canada a augmenté de plus d’un million de personnes en 2023 et les Services économiques TD s’attendent à ce qu’elle augmente de 770 000 en 2024.

Les Services économiques TD estiment maintenant qu’il pourrait manquer plus de 300 000 unités au Canada entre 2024 et 2026, car la croissance de la population se heurte à un rythme plus lent de construction de logements après le taux très élevé de 2023.

Comment les gouvernements réagissent-ils?

Les gouvernements de tous les niveaux ont pris des mesures dans la bonne direction. La décision du gouvernement fédéral de supprimer la TPS sur les constructions de logements locatifs en est un bon exemple. L’Ontario, Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont fait de même, en supprimant les taxes provinciales pour ces projets. Les rapports et les analyses des Services économiques TD suggèrent que cela pourrait contribuer à l’augmentation du nombre d’unités disponibles de 5 000 à 10 000 sur un an.

Voici un autre exemple : des municipalités comme Vancouver et Toronto ont modifié leurs règlements de zonage pour permettre une plus grande densité dite « douce », en autorisant, par exemple, la construction de multiplex sur des terrains qui étaient auparavant destinés uniquement à des maisons unifamiliales. Vancouver a également fait des progrès dans la construction de logements locatifs dans le cadre de sa stratégie liée au logement.

Dans un rapport datant de 2022, la Société canadienne d’hypothèques et de logement estimait qu’il faudrait 3,5 millions de logements en sus des prévisions déjà établies d’ici 2030 pour rétablir l’abordabilité aux niveaux de 2003-2004 (une période où l’abordabilité a atteint son apogée). C’est un objectif ambitieux. Bien qu’il ne soit pas nécessaire de l’atteindre pour améliorer l’abordabilité, il est évident qu’il faut prendre plus de mesures pour augmenter l’offre.

Pour en savoir plus à ce sujet et sur d’autres thèmes liés au marché immobilier canadien, lisez le dernier rapport des Services économiques TD de Rishi Sondhi.

Vous voulez en savoir plus sur Votre argent?
Vous souhaitez louer ou acheter en 2024? Voici quelques éléments à savoir.
Prêts hypothécaires 101 – Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les prêts hypothécaires (ou presque)
L’abc de la transparence budgétaire : cinq astuces pour vous aider à épargner

See you in a bit

You are now leaving our website and entering a third-party website over which we have no control.

Continue to site Return to TD Stories

Neither TD Bank US Holding Company, nor its subsidiaries or affiliates, is responsible for the content of the third-party sites hyperlinked from this page, nor do they guarantee or endorse the information, recommendations, products or services offered on third party sites.

Third-party sites may have different Privacy and Security policies than TD Bank US Holding Company. You should review the Privacy and Security policies of any third-party website before you provide personal or confidential information.