Skip to main content
Main where we were
• 28 mai 2021

En 1994, les films Le Roi Lion et Forrest Gump dominaient le box-office mondial, tandis que Bryan Adams s’associait à Sting et à Rod Stewart pour enregistrer l’un des plus grands succès de l’année, All for Love. Cette année-là a également été très importante dans l’histoire de la TD.

C’est en 1994 que la TD a innové en Amérique du Nord en devenant la première banque à offrir des avantages sociaux aux conjoints de même sexe, amorçant ainsi son soutien envers la communauté LGBTQ2+.

Puisque le Mois de la Fierté commence en juin, la TD prend le temps de célébrer notre passé, notre présent et notre futur pour témoigner son soutien à la communauté LGBTQ2+ et à ses alliés à mesure que leur parcours vers l’inclusion avance.

« Tous les efforts déployés par la TD pour soutenir ce parcours montrent bien à quel point elle tient véritablement à la communauté LGBTQ2+ », déclare Alvin Poon, directeur principal, Diversité et inclusion, Groupe Banque TD. Dans le cadre de son travail, Poon offre sa collaboration et son soutien aux collègues, aux clients et aux communautés LGBTQ2+.

« Nous sommes à l’écoute de notre communauté LGBTQ2+ et nous avons posé des gestes qui comptent pour la communauté. Nous avons encore du chemin à parcourir, mais la TD soutient la communauté LGBTQ2+ depuis le début des années 1990 et nous avons l’intention de continuer à travailler en collaboration avec elle pour contribuer à bâtir une société plus accueillante », ajoute Poon.

Aujourd’hui, de grandes entreprises du Canada et des États-Unis ont offert leur appui à la communauté en posant des gestes significatifs et en commanditant des événements de la Fierté. Même l’émission humoristique Saturday Night Live a fait des blagues à ce sujet dans sa récente vidéo intitulée It's Pride Again.

Par contre, en 1994, la TD était bien seule dans son camp lorsqu’elle a pris la décision d’offrir des avantages sociaux aux conjoints de même sexe. Il s’agissait d’un risque élevé pour toute grande entreprise à l’époque, et s’aligner sur la communauté LGBTQ2+ pouvait entraîner la perte de clients importants.

Les craintes étaient également assez répandues parmi les collègues. Dix ans après la mise en place de la politique, seulement 55 des 55 000 employés de la TD se sont sentis assez à l’aise, à l’époque, de s’inscrire au programme d’avantages sociaux.

Les craintes font place à la fierté en matière d’identité

Tim Thompson, aujourd’hui premier vice-président, Évolution de l’entreprise et Habilitation du changement et président du comité directeur LGBTQ2+, n’était pas prêt à cette époque à dévoiler son orientation sexuelle à ses collègues. Lorsqu’il a été embauché par la Banque en 1990, Thompson s’inquiétait des répercussions négatives sur sa carrière que pourrait avoir le dévoilement de son homosexualité à ses collègues.

« Le domaine bancaire reflète ce qui se passe dans la société en général. C’est la raison pour laquelle la TD s’est démarquée lorsqu’elle a décidé d’offrir ces avantages sociaux aux couples de même sexe, déclare Thompson. Si vous retourniez en 1990, vous verriez que depuis, certains progrès ont été réalisés à l’égard de l’acception de l’orientation sexuelle. Mais moi, personnellement, je ne souhaitais pas sortir du placard. Je ne connaissais personne au travail qui avait dévoilé son orientation sexuelle. Je ne pouvais prendre exemple sur personne; il y avait encore des préjugés. Je ne voulais pas que mon partenaire demande les avantages sociaux offerts par la TD aux personnes de même sexe, car je pensais que quelqu’un pourrait le savoir et que cela aurait des répercussions négatives sur ma carrière. »

En 2005, les membres de la direction de la TD ont renforcé leur engagement envers la communauté LGBTQ2+, en partie pour encourager les gens à se prévaloir de ces avantages sociaux. Le Conseil de la diversité de la direction de la Banque a été créé dans le but de déployer un effort plus concerté pour rejoindre la communauté LGBTQ2+ à la TD. Peu après, les premières publicités axées sur la communauté LGBT, incluant le logo de la TD sur le drapeau arc-en-ciel de la Fierté, ont été lancées sur le marché, et la TD est devenue la première grande banque au Canada à commanditer un festival de la Fierté.

Avec le temps, Thompson s’est enfin senti plus à l’aise pour parler de son identité, à mesure que les dirigeants et les collègues exprimaient leur soutien. En 2007, il a dévoilé son orientation sexuelle à ces derniers. Il a fondé une famille en 2012 et est maintenant père de trois filles, chose qu’il n’aurait jamais crue possible lorsqu’il était jeune, alors qu’il habitait dans une région rurale du Canada.

Mais il considère qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour arriver à une inclusion totale. Comme père, il connait bien la nature destructrice et des conséquences de la discrimination alors que ses trois filles sont plus vieilles et interagissent davantage avec le monde.

« Je crois que la discrimination et le racisme sont enseignés; personne ne naît raciste. Il existe des raisons structurelles qui font que les gens sont exclus, affirme Thompson. Nous devons continuer à repenser le fonctionnement de notre société, et ce travail doit être en progression constante ».

Bâtir une nouvelle famille et une nouvelle carrière

Stephanie Eckersley-Ray, chef, Prestation de solutions et de services à la TD, a passé les années 1990 à bâtir sa carrière et sa famille. Elle s’est mariée avec sa conjointe en 1993 et elles ont deux fils. Stephanie s’est jointe à la TD en 2005.

« Je ne voulais pas nécessairement garder mon orientation sexuelle secrète, mais je ne voulais pas l’afficher non plus pendant cette période, déclare Eckersley-Ray, qui est chef d’unité LGBTQ2+ pour Stratégie d’entreprise et des groupes de ressources des unités à la TD. Je n’avais pas de problème à le dire si quelqu’un me le demandait, mais ce n’était pas ce que je voulais mettre de l’avant. En même temps, je ne voulais pas non plus cacher le fait que j’étais homosexuelle. »

Eckersley-Ray a été témoin de bon nombre de changements au cours de ses seize années passées à la TD et dans la société en général, l’acceptation de la communauté LGBTQ2+ étant devenue plus visible. Mais elle considère elle aussi qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir.

« Il y a beaucoup à faire en matière d’identité de genre et d’inclusion, et il y a encore plusieurs causes à défendre dans les communautés trans et non binaire, poursuit-elle. Nous avons fait des progrès importants comme Banque et comme société, mais nous ne sommes pas du tout là où nous devrions être. »

Ses deux fils ont grandi dans un monde que peu de gens des années 1990 auraient pu imaginer. En effet, une famille composée de deux mères serait acceptée de nos jours. L’un des fils de Stephanie est à l’université, et l’autre, Ethan Eckersley-Ray, est analyste d’affaires au Groupe Banque TD.

« Cela fait partie de leur vie et ils rencontrent des gens qui sont dans la même situation familiale; c’est formidable que l’homoparentalité soit plus acceptée, dit-elle. Mon expérience a été très différente de la leur. La composition d’une famille importe peu. S’il y a de l’amour, de l’acceptation et de la paix, c’est une famille. C’est ce qui est le plus important. »

Un rôle de pionnier à New York

Steve Garibell a commencé sa carrière à la TD en 2012. En tant que membre de la communauté, sa décision de se joindre à la TD était en partie fondée sur le soutien que la Banque a apporté à la communauté LGBT2Q+ au fil des ans.

« Le secteur financier est très conservateur à première vue, dit-il. Mais d’après ce que j’avais constaté à la TD avant d’arriver, je savais qu’elle était différente... plus inclusive et plus accueillante. »

Garibell a obtenu un nouveau poste en 2018 à titre de premier vice-président de l’expansion des affaires de la TD pour la communauté LGBTQ2+ à New York. Le Groupe Banque TD a été la première grande banque à avoir un poste dédié au marché LGBTQ2+ aux États-Unis. Le poste a été créé en fonction du succès qu’avaient remporté des postes similaires de la TD au Canada.

« Quand j’ai obtenu ce poste, je savais que je serais un conseiller de confiance pour la communauté, explique-t-il. Notre soutien de longue date est vraiment important, mais nous devons démontrer qu’il s’agit d’un engagement que nous prenons tous les jours de l’année. La communauté LGBTQ2+ est une sous-culture, et pour voir un changement durable, nous devons être des alliés les uns envers les autres et utiliser notre voix pour défendre les membres qui sont marginalisés. Nous devons continuellement faire nos preuves auprès de la communauté. »

Pour l’avenir, Garibell aimerait que d’autres postes comme celui qu’il occupe soient créés pour d’autres marchés des États-Unis où la Banque TD est présente et également pour d’autres communautés.

« Comme entreprise, nous voulons être des alliés de la communauté LGBTQ2+, conclut-il. Nous acceptons tout le monde à la TD; nous sommes une institution très ouverte. Nous voulons que chacun soit réellement lui-même et soit un allié pour quelqu’un qui ne profite pas de ce soutien ailleurs. »


Trouvez une activité dans votre collectivité durant le Mois de la Fierté

Vous voulez en savoir plus sur collègues de la TD?
Ce qu’incarner la TD signifie
Malgré la pandémie, le programme Talents en herbe TD continue d’aider les étudiants et les nouveaux diplômés à lancer leur carrière
Une journée typique : 24 heures avec Diane Burdiak, associée, Expérience client

See you in a bit

You are now leaving our website and entering a third-party website over which we have no control.

Continue to site Return to TD Stories

Neither TD Bank US Holding Company, nor its subsidiaries or affiliates, is responsible for the content of the third-party sites hyperlinked from this page, nor do they guarantee or endorse the information, recommendations, products or services offered on third party sites.

Third-party sites may have different Privacy and Security policies than TD Bank US Holding Company. You should review the Privacy and Security policies of any third-party website before you provide personal or confidential information.