Skip to main content
Header 04
• 20 mai 2021

Alors que les hôpitaux du monde entier se préparaient à recevoir un afflux de patients aux prises avec des symptômes de la COVID-19 à l’aube de la pandémie en mars dernier, les médecins du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) ont soudainement constaté une baisse marquée du nombre de patients se présentant à l’urgence, particulièrement pour recevoir des soins en santé mentale.

Entre mars et juin 2020, le programme de santé mentale du CHEO voyait en moyenne chaque mois 146 patients aux prises avec des troubles de santé mentale, comparativement à 270 en 2019.

« Nous nous sommes préoccupés du fait que les enfants ne recevaient peut-être pas les soins de santé dont ils avaient besoin », déclare la Dre Maala Bhatt, directrice de la recherche de la Division de médecine d’urgence et médecin urgentiste en pédiatrie au CHEO.

C’est alors que nous avons constaté que nous faisions face à deux problèmes. Premièrement, les patients et les familles craignaient de se rendre à l’hôpital. Deuxièmement, les mesures de contrôle des infections à la COVID-19 limitaient considérablement le déplacement des patients des hôpitaux communautaires périphériques au service d’urgence du CHEO, où ils étaient habituellement envoyés pour des évaluations d’urgence par des spécialistes.

Pour contribuer à résoudre ce problème et potentiellement parvenir à une solution, l’hôpital a tiré parti d’un service qu’il avait lancé en mars 2020.

Un rôle pour les soins virtuels au CHEO

Juste avant le début de la pandémie, le service d’urgence et le programme de santé mentale du CHEO avaient uni leurs forces pour mettre au point un service intégré d’urgence en santé mentale.

L’équipe d’intervenants d’urgence en santé mentale a alors commencé à travailler avec les médecins et le personnel infirmier de l’urgence. Par la suite, cette nouvelle équipe a été élargie pour inclure du personnel infirmier en santé mentale et des éducateurs qui font tous partie de l’équipe du service d’urgence. Ce nouveau modèle de soins était dans sa phase pilote lorsque la pandémie a frappé.

Un autre programme pilote faisant partie de la plateforme d’innovation était le service d’urgence virtuel en santé mentale du CHEO, lequel est en opération depuis de nombreuses années à l’hôpital communautaire de Cornwall. Grâce à ce programme, les psychiatres du CHEO pouvaient procéder à des évaluations des risques d’urgence à partir de l’hôpital de Cornwall, sans qu’il soit nécessaire d’envoyer le patient au CHEO pour se faire évaluer.

Le programme du service d’urgence virtuel en santé mentale du CHEO est financé en partie par le don de 50 000 $ au CHEO dans le cadre de l’Initiative de résilience des collectivités TD, qui a versé 25 millions de dollars canadiens pour aider les collectivités à faire face à la COVID-19 et favoriser leur résilience.

« À la TD, nous reconnaissons l’importance d’organismes comme la Fondation du CHEO et nous ne pourrions pas être plus fiers de soutenir le travail que le CHEO accomplit pour aider les enfants à avoir accès aux professionnels en santé mentale dont ils ont besoin, déclare Tara-Lynn Hughes, première vice-présidente, Région du Grand Ontario, Groupe Banque TD. Nous reconnaissons la valeur du travail que les organismes communautaires et les fournisseurs de soins de santé font pour soutenir les services en matière de santé mentale et de bien-être émotionnel des jeunes. »

En mai 2020, le CHEO est devenu le premier hôpital pédiatrique au Canada à offrir un service d’urgence virtuel pour les cas urgents qui ne mettent pas la vie en danger, y compris les troubles de santé mentale. Le nouveau service intégré d’urgence et de santé mentale permet de consulter à distance le spécialiste approprié.

« Maintenant, si un enfant utilise le service d’urgence virtuel du CHEO pour un trouble de santé mentale, un intervenant d’urgence se joindra à l’appel, procédera à une évaluation et le guidera vers le spécialiste qui procédera à une évaluation en personne ou le mettra en contact avec des ressources communautaires capables de l’aider », explique la Dre Bhatt.

La Dre Bhatt affirme que la COVID-19 a entraîné une autre pandémie – des problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents, alors que les services d’urgence essaient plus que jamais de composer avec des cas de jeunes personnes aux prises avec de graves problèmes de santé mentale.

Alors que le service d’urgence du CHEO avait l’habitude de voir le nombre de patients ayant besoin de services en santé mentale fluctuer, la gravité des crises aiguës des jeunes présentait de nouveaux défis.

CHEO in article French


« Au CHEO, les travailleurs de la santé ont enregistré une hausse de 90 % du nombre de visites à l’urgence pour les troubles de santé mentale depuis 2010 », affirme la Dre Bhatt. « La COVID-19 a amplifié ces problèmes », ajoute-t-elle.

Depuis le début de la pandémie, le CHEO a enregistré une hausse de 30 % à 40 % du nombre de personnes qui ont eu recours au service de crise en santé mentale et a vu doubler le nombre d’appels d’enfants et de parents inquiets au sujet d’idées suicidaires.

« La santé mentale et le bien-être émotionnel des enfants sont aussi importants que leur développement physique et leur santé », soutient la Dre Bhatt.

Donner accès à des spécialistes à distance au CHEO

Grâce au programme virtuel en santé mentale du service d’urgence au CHEO, les hôpitaux des régions avoisinantes peuvent maintenant offrir à leurs patients des consultations en ligne avec des spécialistes.

« À cette étape, tous les hôpitaux de la région ont accès à des spécialistes à distance pour effectuer des évaluations d’urgence en santé mentale, et nous veillons à ce que les hôpitaux communautaires ne soient pas laissés pour compte », dit la Dre Kathleen Pajer, chef du Département de psychiatrie du CHEO.

Pour mettre sur pied un système permettant à un médecin d’ouvrir une session où qu’il soit et d’effectuer une évaluation virtuelle, que le patient soit chez lui ou dans un service d’urgence communautaire, il a fallu plus que la collaboration et la bonne volonté des intervenants. Il a fallu des centaines d’heures de programmation par différentes équipes des services informatiques du CHEO.

Selon la Dre Bhatt, en plus de renforcer les services virtuels de soutien en santé mentale, le don de la TD aidera également à soutenir d’autres volets du programme de santé mentale du CHEO. Ceci inclut les soins aux patients admis, ainsi qu’un soutien supplémentaire pour les enfants aux prises avec des troubles alimentaires. Il s’agit d’un autre domaine de soins pour lequel l’hôpital a constaté une augmentation du nombre de patients depuis le début de la pandémie, selon elle.

Vous voulez en savoir plus sur collectivité?
Comment un système de jumelage téléphonique au Québec est devenu la bouée de sauvetage des aînés LGBTQ2+ pendant les confinements liés à la COVID-19
Des forêts nourricières pour raviver l’intérêt à l’égard de l’alimentation traditionnelle et des connaissances de la terre des peuples autochtones
Rainbow Railroad : Un chemin vers la liberté pour les victimes internationales de persécution issues de la communauté LGBTQ2+