Skip to main content
Header 5
• 22 sept. 2021

Jil-Leesa George-Walker avait le sentiment que cette année serait différente.

Pendant toute sa jeunesse, Mme George-Walker, membre du clan Deer sur la réserve des Premières Nations d’Aamjiwnaang près de Sarnia, en Ontario, a souvent entendu parler de la tragédie des pensionnats autochtones au Canada.

Mais comme bien d’autres, elle n’était pas prête aux émotions qui l’ont submergée à la découverte des fosses communes sur les sites d’anciens pensionnats autochtones à l’échelle de l’Amérique du Nord plus tôt cette année.

La découverte effroyable sur les sites près de Kamloops et de Regina est venue rouvrir de vieilles blessures et a amené les familles et les communautés autochtones à se réunir pour faire face à ces pertes et surmonter un chagrin encore bien réel.

« On les surnomme la génération perdue, nous dit Mme George-Walker, dont le nom traditionnel est Spotted Fawn (faon tacheté).

Je connaissais l’histoire des pensionnats autochtones. J’en ai beaucoup entendu parler. Je savais qu’il y avait eu de la négligence, de la maltraitance et des morts. Mais de savoir que des milliers de victimes ne sont jamais rentrés à la maison, ça change tout et c’est très difficile à avaler. »

Mme George-Walker explique que cette découverte est venue raviver des traumatismes du passé chez certaines personnes, qu’elles aient été directement témoins ou non des événements.

« C’est douloureux, désolant et effrayant, raconte-t-elle. Je vois ma famille et ma communauté éprouver des difficultés quotidiennes en raison de ces événements. Cette histoire fait partie de nous. »

C’est à ce moment qu’elle a su qu’elle devait participer à la Journée du chandail orange de cette année.

Journée du chandail orange

Depuis près de 10 ans, le 30 septembre est reconnu comme la Journée du chandail orange au Canada. À cette occasion, les Canadiens sont invités à porter un chandail orange pour commémorer l’histoire tragique et les séquelles des pensionnats autochtones.

Mais cette année, Mme George-Walker dit avoir vu des Canadiens porter un chandail orange – et le plus souvent avec le mantra « Every Child Matters » (chaque enfant compte) – bien avant le 30 septembre.

C’est d’ailleurs ce qui l’a incitée à mettre ses talents d’artiste au profit de la Journée du chandail orange.

« J’ai été ravie d’avoir l’occasion de travailler sur un concept pour la TD », dit-elle.

Son concept intitulé « Unité » présente trois plumes et représente chacune des communautés autochtones (les Premières Nations, les Inuits et les Métis) par un symbole : une boucle infinie pour la communauté métisse, un inukshuk pour la communauté inuite et une plume pour la communauté des Premières Nations.

« J’ai créé un concept inclusif pour chacun des membres des communautés touchées par la tragédie des pensionnats, raconte Mme George-Walker, qui s’identifie comme membre des Premières Nations et bispirituelle.

2021 se veut une année de solidarité et d’entraide en ces temps difficiles. C’est d’ailleurs ce qui a inspiré le nom de mon concept. »

Le chandail orange sert à reconnaître les personnes disparues, les survivants, leur famille et leur communauté, mais aussi à sensibiliser les gens aux séquelles permanentes que ces pensionnats sanctionnés par les gouvernements ont laissées chez les communautés autochtones », dit-elle.

Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Vers la fin du mois, le Canada commémorera l’histoire tragique et les séquelles permanentes des pensionnats autochtones au pays en observant la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation le 30 septembre. Cette date sera un jour férié pour les milieux de travail sous réglementation fédérale partout au pays, y compris à la TD.

Selon Mme George-Walker, l’établissement d’une Journée nationale de la vérité et de la réconciliation est un pas dans la bonne direction. Elle croit que, même si la découverte de cette année rappelle de manière terrifiante les traumatismes que les communautés autochtones continuent de vivre, elle a aussi une autre signification : la vérité.

Une vérité qui n’a jamais été dépeinte dans les manuels d’histoires, les programmes scolaires ou les médias. Ce secret, qui a été caché à la majorité de la population, a enfin été exposé au grand jour, dit-elle.

« Notre sang garde en mémoire les événements du passé; il se souvient de la douleur des générations antérieures », explique-t-elle.

« Ces tragédies sont enracinées profondément et, même si ces découvertes sont effrayantes et que je préférerais qu’elles ne soient pas réelles, je suis contente que la vérité éclate. Ces enfants pourront enfin être inhumés dignement et trouver la paix. Plus personne ne pourra cacher la vérité, et nous serons à jamais confrontés à la réalité de notre passé collectif. »

Mme George-Walker nous dit qu’elle espère que les gens qui porteront un chandail orange cette année prendront un moment pour réfléchir à ce qu’il représente.

« Souvenez-vous des enfants qui ne sont jamais rentrés à la maison, des survivants (qui sont tout sauf indemnes), des familles, des amis et des communautés qui subissent encore aujourd’hui les contrecoups des pensionnats autochtones », raconte-t-elle.

La TD fournit des chandails orange aux collègues en succursale partout au Canada. Les clients qui souhaitent se procurer un chandail sont invités à en acheter un dans une entreprise dirigée par des membres des peuples autochtones comme la Orange Shirt Day Society afin de soutenir et d’encourager directement les peuples et communautés autochtones. Pour en savoir plus sur la Journée du chandail orange et l’Orange Shirt Day Society, visitez le site : https://www.orangeshirtday.org/about-us.html

Pour en savoir plus sur l’engagement de la TD envers les communautés autochtones, consultez le site : http://td.com/rapportautochtone

Vous voulez en savoir plus sur collectivité?
La Stratégie sur l’expérience de la clientèle noire : Services financiers et soutien pour les Canadiens noirs
Diversifier la pratique du surf dans l’une des plus anciennes communautés noires autochtones du Canada : LaMeia Reddick, lauréate de la campagne TD vous dit merci
Libérer le potentiel des jeunes vulnérables par l’éducation : Paul Evra, lauréat de la Campagne TD vous dit merci

See you in a bit

You are now leaving our website and entering a third-party website over which we have no control.

Continue to site Return to TD Stories

Neither TD Bank US Holding Company, nor its subsidiaries or affiliates, is responsible for the content of the third-party sites hyperlinked from this page, nor do they guarantee or endorse the information, recommendations, products or services offered on third party sites.

Third-party sites may have different Privacy and Security policies than TD Bank US Holding Company. You should review the Privacy and Security policies of any third-party website before you provide personal or confidential information.